Skip to content

Pullman Montparnasse : Le point sur le PSE à la date du 16 janvier 2017

Pullman Montparnasse : Le point sur le PSE à la date du 16 janvier 2017 published on Aucun commentaire sur Pullman Montparnasse : Le point sur le PSE à la date du 16 janvier 2017

FO, SUD et la CGC ont signé un accord au rabais qui laisse  tous ceux qui ne sont pas proches de la retraite dans l’incertitude quant à leur avenir, alors que tous ensemble nous aurions pu obtenir le détachement pour ceux qui souhaitent garder leur emploi, leur permettant ainsi de conserver leur contrat de travail et leur statut social.

Alors que la CGT représente plus de 42% des salariés dans notre hôtel, et plus de 50% pour les collèges employés et maitrise réunis, ce sont une fois de plus les cadres qui ont décidé pour nous !
Pas étonnant : ce sont eux les mieux servis par l’accord, la direction ayant refusé de retenir le salaire médian pour le calcul des indemnités.

Et, ce n’est faire injure à personne que de constater que les délégués syndicaux  FO, SUD et CGC  qui ont obtenu pour leur catégorie des avancées importantes sont à quelques mois de la retraite…

C’est NOTRE MOBILISATION qui a permis d’arracher des avancées pour les non-cadres !

Ce sont les actions répétées à l’appel de notre syndicat CGT qui ont permis les avancées contenues dans le PSE. Plus nombreux, nous aurions pu obtenir un meilleur PSE.

La CGT n’oubliera jamais les camions de CRS envoyés à la demande de la direction pour tenter de nous intimider ! Tôt ou tard ACCOR le paiera !

Pourquoi la CGT ne signe pas ?

Le rapport de l’expert comptable, à qui nous rendons hommage pour la qualité de son travail bien qu’il n’ait pu obtenir tous les documents réclamés par la CGT, est accablant pour la direction. Le motif économique n’existe pas !
ACCOR se porte bien, UNIBAIL RODAMCO, déclencheur du PSE sans vouloir y participer, se porte très bien. Seuls les salariés licenciés qui souhaitent conserver leur emploi se portent mal !

Lors de la réunion du 11 janvier 2017, la CGT a fait une déclaration et donné un avis négatif à ce PSE car nous sommes victimes d’un déni de justice ! Nous demandons à la DIRECCTE de ne pas homologuer cet accord qui repose sur une imposture.
En effet, la direction avait d’autres moyens de faire les travaux, comme elle l’a fait dans le passé, sans fermer entièrement l’hôtel.

MAIS le directeur, ACCOR ET UNIBAIL RODAMCO AVAIENT 3 OBJECTIFS AVEC CETTE FERMETURE :

  • Licencier à peu de frais les plus anciens d’entre nous, usés par le travail ;
  • Casser les accords collectifs Pullman Montparnasse que la direction a refusé de garantir pour la réouverture, et notamment les 35h que le groupe ACCOR n’a jamais digéré car nous sommes les seuls de la chaine aux 35h
  • Sous-traiter l’hébergement à la réouverture (300 à 350 salariés prévus contre 500 à 550 nécessaires pour un hôtel de cette capacité si les salariés du service d’hébergement sont recrutés directement par l’hôtel).

Mais il faut que la direction se mette bien dans la tête que la CGT ne laissera pas faire.

Aujourd’hui, demain, dans 3 ans, nous serons encore et toujours avec vous pour nous opposer aux projets néfastes de la Direction !

Et, n’en déplaise à la direction et à ceux qui ont signé l’accord de la honte : la partie n’est pas terminée !

La CGT du Pullman Montparnasse vous appelle tous, syndiqués CGT ou non, à venir devant le Tribunal de Grande Instance (au palais de Justice de Paris, Métro Cité), jeudi 23 février à 9h30, pour soutenir notre action judiciaire visant à déclarer illicite ce plan social qui n’aurait jamais du exister.

Lire le tract de La CGT Pullman Montparnasse 12 tract 16 janvier 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Primary Sidebar

Secondary Sidebar