Communiqué de Presse valant droit de réponse

Alors que notre syndicat va « fêter » avec les femmes de chambre de la sous-traitance de l’hôtel IBIS BATIGNOLLES le 16ème mois de lutte contre le géant hôtelier ACCOR, alors que notre syndicat dénonce la corruption passive des délégués CGT du HYATT REGENCY PARIS ETOILE qui facilitent en ce moment la suppression de 191 emplois dans leur hôtel (40% des effectifs), c’est le moment que choisit le « journal » LE PARISIEN pour relayer une plainte nauséabonde et infondée contre moi-même, secrétaire général du syndicat CGT-HPE.


Tout d’abord l’ouverture d’une enquête ne signifie nullement une quelconque véracité des faits qui me sont reprochés.


N’en déplaise à l’auteur de cet article toutes les décisions touchant à l’embauche, la rémunération et les dons effectués par les adhérents défendus devant les Conseils de prud’hommes ont été validés par les instances dirigeantes du syndicat et non pas une décision individuelle prise par moi-même.


Ce qui est de plus détestable dans cet article est de relayer une atteinte à ma vie privée et je réfute en bloc les accusations de népotisme.


L’embauche de mon ex épouse, nous sommes divorcés depuis juillet 2020, a été décidée par le Bureau du syndicat et le secrétaire général de l’époque, Laurent GIRAUDEAU.

Les « 50000 € » d’indemnités pour mon ex épouse ont été votés lors d’une commission exécutive du syndicat du 3 septembre 2019 au cours de laquelle je me suis abstenu. Je n’ai fait ensuite que mettre en œuvre cette décision. LE PARISIEN ment donc par omission à ses lecteurs.


Le licenciement économique de Mme K. n’a jamais été prononcé et elle n’a jamais perçu d’indemnités de départ. Son augmentation de 300 € brut par mois est logique, ce que le PARISIEN aurait pu préciser puisqu’il a lu le procès-verbal de la réunion de la Commission exécutive du 17 janvier 2020 ;
Il est dû à la prise en charge de la communication du syndicat effectué auparavant par une prestataire de service qui revenait 400 € par mois au syndicat. Ce n’est pas une décision individuelle prise par moi-même.
Quant à la défense syndicale LE PARISIEN fait une confusion totale sur les dispositions légales et sur l’assistance gratuite devant les tribunaux.
Article D1453-2-1 du code du travail « La liste des défenseurs syndicaux mentionnée à l’article L. 1453-4 est établie par le directeur régional des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi, sur proposition des organisations d’employeurs et de salariés mentionnées au même article. Ces dernières désignent des défenseurs syndicaux au niveau régional en fonction de leur expérience des relations professionnelles et de leurs connaissances du droit social.


Les défenseurs syndicaux exercent leurs fonctions à titre gratuit.
Ils sont inscrits sur la liste de la région de leur domicile ou du lieu d’exercice de leur activité professionnelle ».


En effet et bien évidemment je n’ai jamais demandé à percevoir à titre personnel le moindre centime. J’ai donc exercé ma fonction à titre gratuit.
Mais par contre les dons aux organisations syndicales sont légaux, conformes à nos statuts que vous auriez pu consulter ou nous demander, et contrairement à ce que prétend l’article du PARISIEN ils ne sont pas interdits.
C’est d’ailleurs le sens d’une instruction confédérale reçue récemment qui rappelle les règles en la matière.


Mon syndicat et moi-même, contrairement à ce que prétend l’article du PARISIEN, n’ont pas la CGT contre eux, bien au contraire.


Tout d’abord ce n’est pas l’URIF qui m’a retiré mon mandat de défenseur syndical en juillet 2020 mais l’UD CGT de PARIS qui a mené un véritable procès de MOSCOU à mon égard :


-point pas à l’ordre du jour, dossier non remis aux élus de la commission exécutive du 17 février 2020, pas de convocation de l’intéressé, pas de procès-verbal de cette réunion.


A tel point que suite au changement du siège social du syndicat CGT-HPE l’UD CGT des hauts de Seine a décidé lors de sa commission exécutive du 15 septembre 2020 de déposer les candidatures de Claude LEVY et de Mme K. comme défenseurs syndicaux ce qui a été fait le 24 septembre 2020.
De même j’ai et la majorité légitime du syndicat CGT-HPE avec, le soutien de la fédération CGT du commerce et des services.
La parole d’un « cadre » de la CGT, courageusement non cité, ne vaut pas celle de toute la CGT !
Autre invention opérée par nos opposants minoritaires aucune organisation syndicale de la CGT ne s’est séparée de moi. Il s’est agi à chaque fois de mutation, de l’Union locale CGT du 17ème où j’ai travaillé de 1990 à 1998 puis de l’union locale CGT du 14ème arrt de PARIS où j’ai travaillé de 1999 à 2008 au syndicat CGT-HPE.


Enfin concernant les accusations d’enrichissement personnel elles n’ont jamais été proférées à mon encontre si ce n’est par mon ex épouse, alors en procédure de divorce, sans le moindre commencement de preuve.


D’ailleurs dans la seule assignation en référés au Tribunal judiciaire de Nanterre reçue par notre syndicat son rédacteur, Me CHICHE, s’est bien gardé de proférer la moindre accusation d’enrichissement personnel.
Alors il est clair que cet article ne tombe pas au hasard ! Il intervient en pleine lutte de notre syndicat CGT-HPE contre les géants ACCOR et HYATT.
Il a été rédigé par Mr DECUGIS qui au téléphone la veille a refusé de se déplacer pour me rencontrer. Il faut dire que ce monsieur semble coutumier des enquêtes orientées à la va vite au téléphone !


Il est également plus que troublant de constater que contrairement à sa ligne éditoriale centrée sur les conflits sociaux locaux LE PARISIEN n’a pas diffusé un seul article sur la grève des femmes de chambre de l’IBIS BATIGNOLLES à Paris 17ème, qui dure depuis 16 mois, alors qu’il la connait, et ce en raison des liens manifestes qui unissent Mr ARNAULT à qui appartient LVMH et LE PARISIEN et Mr BAZIN PDG du groupe ACCOR.

Une fois de plus on voit bien à qui LE PARISIEN sert la soupe !

Claude Levy,

Secrétaire Général du syndicat CGT HPE                                                                         

Clichy le 13 novembre 2020

#

No responses yet

Laisser un commentaire