14ème MOIS DE LUTTE Á L’HÔTEL IBIS BATIGNOLLES, PORTE DE CLICHY, ACCOR DOIT NÉGOCIER !

RASSEMBLONS-NOUS LE 8 SEPTEMBRE à 12H

  AU SIÉGE SOCIAL DU GROUPE ACCOR à Issy les Mlx !

Comme aucune discussion n’est possible avec STN les grévistes de l’Ibis Batignolles n’ont plus qu’une seule revendication :

  • L’internalisation à l’Ibis Batignolles

Au 14ème mois de lutte les travailleurs-ses de la sous-traitance de l’IBIS Clichy Batignolles, en lutte contre leur surexploitation, vous invitent à les soutenir devant : Le siège du groupe ACCOR à Issy les Moulineaux le :    Mardi 8 septembre 2020 à 12h      82, rue Henri Farman 92445 ISSY-LES-MOULINEAUX France   Parce qu’être payé à la chambre et ne pas être payé de toutes ses heures de travail est illégal, ça s’appelle du travail dissimulé.  

Parce que travailler dans un même hôtel et ne pas bénéficier d’un statut social équivalent à ceux employés directement par l’IBIS Batignolles de Clichy est scandaleux et constitue un délit de marchandage. Parce qu’elles et ils ont droit au respect de leur dignité, d’origine immigrée ou pas.   Parce que Le groupe ACCOR qui possède la marque IBIS, NOVOTEL, MERCURE, SOFITEL, PULLMAN etc…, est le 6ème groupe hôtelier au monde et a parfaitement les moyens d’embaucher directement les salariés de la sous-traitance.      

LES LICENCIEMENTS COMMENCENT Á PLEUVOIR DANS L’HÔTELLERIE, RÉAGISSONS !

Il faut interdire les licenciements dans l’hôtellerie !

Les dividendes d’hier doivent permettre d’éviter les suppressions d’emplois d’aujourd’hui !

Après le groupe ACCOR qui a annoncé la suppression de 1000 postes, puis la direction de l’UES Constellation qui veut en supprimer 247 dans ses 3 hôtels (191 au HYATT REGENCY PARIS ETOILE, 27 et 29 au MARTINEZ et au HYATT LOUVRE), c’est aujourd’hui le W OPERA, un hôtel parisien de 5 étoiles géré par le groupe Marriott qui annonce  sa fermeture et une cessation d’activité !

Une centaine de salarié-e-s dont une trentaine en sous-traitance (femmes de chambre, équipiers et gouvernantes) vont être sacrifiés par le géant de l’hôtellerie de luxe. Ils feront grossir les rangs des demandeurs-ses d’emploi et des précaires !

Quelques mois de crise et de reflux de l’activité ont suffi pour que ces multinationales qui font chaque année des centaines de millions d’euros de bénéfices et qui versent des dividendes importants aux actionnaires, imposent des mesures drastiques dont notamment des suppressions d’emplois et la restructuration des services, alors même qu’elle bénéficient des mesures de soutien du gouvernement avec notamment : la prise en charge à 100% de l’indemnité d’activité partielle pour les heures non travaillées jusqu’au 31 décembre 2020 ! Le secteur parle même d’une prolongation des aides jusqu’au 31 mars 2021.

En relais, ces grands groupes hôteliers pourraient également, si les réservations ne repartent pas, bénéficier du dispositif du chômage partiel de longue durée annoncé jusqu’en 2022.

Il est en effet inadmissible que ces multinationales détruisent les emplois et participent à la précarisation de milliers de salarié-e-s en leur faisant payer la crise, tout en bénéficiant de l’argent public et des aides de l’état !

#

Comments are closed