Skip to content

L’accord trouvé au Campanile Tour Eiffel met fin à 43 jours de grève.

L’accord trouvé au Campanile Tour Eiffel met fin à 43 jours de grève. published on Aucun commentaire sur L’accord trouvé au Campanile Tour Eiffel met fin à 43 jours de grève.

Après 43 jours de grève les grévistes du Campanile Tour Eiffel ont contraint leur maison mère LOUVRE HOTELS GROUP, 2ème  groupe hôtelier  en  Europe,  détenu par le groupe chinois JIN JIANG INTERNATIONAL, à trouver un accord  de fin de conflit.

Retour sur un conflit exemplaire

Après la grève victorieuse de 2016 (internalisation de la sous-traitance, obtention de 75% d’un 13ème  mois, etc…), la direction de l’hôtel a tout mis en œuvre pour tenter de déstabiliser et faire voler en éclat l’unité des salariés, quasiment tous syndiqués à La CGT HPE : embauche de nouveaux personnels plutôt que de privilégier la promotion, le reclassement internes ou l’augmentation de la mensualisation des temps partiels ;  pressions sur le personnel, refus systématique des revalorisations de salaires, mise à l’écart de la sous-directrice du fait de son appartenance syndicale et de sa proximité avec le « petit personnel »,  sanction d’un autre élu CGT, …

Le 16 mai 2017, les salariés du Campanile Tour Eiffel ont dit « STOP ! Maintenant, ça suffit ».
Leur grève a obligé la direction a fermé l’hôtel. Le bras de fer a alors commencé, la direction misant sur l’épuisement du mouvement.

C’était sans compter avec la détermination sans faille des salariés à avoir des conditions de travail décentes et avec l’élan de solidarité qui s’est construit autour du combat des Campanile Tour Eiffel : grâce à la caisse de grève mise en place par La CGT HPE et au soutien de nombreux salariés et syndicats d’autres secteurs (que nous remercions chaleureusement !), les grévistes ont tenu bon.

Il aura fallu 43 jours d’arrêt de travail pour que la direction accepte enfin de signer un accord qui met fin au conflit.

Aux termes de ce  protocole d’accord :

  • Le délégué CGT, déclaré inapte au travail de nuit, qui y a laissé sa santé durant 10 ans, passe en travail de jour sur le même hôtel. Son inscription au certificat de qualification professionnelle d’assistant d’exploitation est validée.
  • La mensualisation des femmes de chambre passe de 25h à 27h par semaine
  • Un des grévistes veilleurs de nuit passe à temps complet (au lieu de 3/5)
  • Les attributions de notre déléguée CGT, sous directrice de l’hôtel, sont rétablies
  • Une attention particulière est apportée à la rémunération de 2 de nos délégués CGT, les plus anciens sur l’établissement.
  • Et aussi, surtout, une nouvelle organisation est mise en place donnant plus de responsabilités à nos représentants. Elle permettra pour l’avenir d’éviter les « coups fourrés » et de repartir sur de bonnes bases dans cet hôtel.

Démonstration est ainsi faite que déterminés, dans une période sociale troublée, des salariés unis et organisés peuvent faire reculer le patronat.

Le combat des Campanile Tour Eiffel ouvre la voie de manière exemplaire à d’autres luttes, que nous espérons, elles aussi, victorieuses.

Contacts

  • Délégué Syndical CGT,Momo, au 06 50 55 66 89
  • Elu CGT au Comité d’entreprise régional, Fouad au 06 83 27 45 30

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Primary Sidebar

Secondary Sidebar