Skip to content

Jeudi 19 avril, nos luttes convergent de Montparnasse à Italie.

Jeudi 19 avril, nos luttes convergent de Montparnasse à Italie. published on Aucun commentaire sur Jeudi 19 avril, nos luttes convergent de Montparnasse à Italie.

RDV des salariés de l’hôtellerie derrière la CGT Paris à 14 heures à Montparnasse

Après plusieurs années d’attaques néolibérales successives, menées par des gouvernements de droite comme de gauche contre le monde du travail, l’heure est aujourd’hui à la mobilisation et à la résistance.

Chez les cheminots, à Air France, à Carrefour, à La Poste, dans les universités, chez les retraités, dans les ZAD, dans l’hôtellerie, …, la mobilisation  se construit et le mouvement s’amplifie avec tous les jours de nouveaux secteurs en lutte. Et cela ne fait que commencer !

Ce contexte offre une opportunité unique d’infliger une défaite au patronat et au gouvernement, en empêchant le passage en force des attaques en cours et en exigeant le retrait des ordonnances Macron, validées le 21 mars par le Conseil constitutionnel.

La logique politicarde d’opposer constamment les salarié-e-s les un-es aux autres s’est avérée aujourd’hui inopérante.

Pire, pointer du doigt les cheminots comme des privilégiés a permis de mettre la lumière sur les conséquences drastiques des différentes attaques sur les conditions de travail et de salaires des travailleurs du secteur public à l’égal de ceux du secteur privé.

Il faut donc construire un mouvement d’ensemble, sur le terrain et dans l’action et réfléchir à l’amplifier au-delà des secteurs mobilisés aujourd’hui !

Dans le privé comme dans le public, la lutte n’est pas finie contre les ordonnances et la politique Macron !

A coups d’ordonnances, Macron a commencé son quinquennat par la casse du monde du travail dans le privé, en remettant en cause ce qu’il nous restait comme droits et comme protections minimales dans la loi ou dans l’accord de branche.

Avec l’inversion de la hiérarchie des normes d’un côté, et la multitude des options pour contourner les syndicats et faire passer les accords d’entreprise en force de l’autre, Macron a donné la primauté au moins-disant social : c’est la logique de « un code du travail par entreprise ». C’est une énième pierre dans la dégringolade du dumping social vers la misère !

Pourtant, tout n’est pas fini !

Dans le secteur de l’hôtellerie et du nettoyage, des secteurs où la main-d’œuvre principale est féminine et/ou immigrée,  bien connu pour être un laboratoire des politiques néolibérales avec notamment le recours constant aux contrats précaires (CDD, journaliers ou intérim), l’externalisation successive des services, le travail dissimulé, les licenciements abusifs etc. les salariés relèvent la tête et mènent depuis plusieurs années des luttes victorieuses et exemplaires !

Au Campanile de Suresnes en 2012, la grève a imposée la fin de la sous-traitance à Louvre Hôtels Group et donc l’internalisation du service d’hébergement. Cette internalisation a donné suite à 8 autres internalisations dans d’autres hôtels du groupe, dont le Campanile Tour Eiffel en 2016 après une grève de 28 jours.

A l’hôtel Holiday Inn Porte de Clichy, les 12 femmes de chambre, gouvernantes, plongeurs et équipiers grévistes ont infligé une défaite à leurs employeurs après 111 jours de grève. Elles/ils ont obtenu des avancées très importantes dont des augmentations des qualifications et donc des salaires, une indemnité nourriture de 7,14 € par jour, la fin des petits contrats, et l’égalité de traitement avec les salarié-e-s de l’hôtel.

Au Park Hyatt Vendôme, les femmes de chambre ont arraché une augmentation de salaire de 225€ en moyenne, en septembre 2017 et suite à un nouveau débrayage ce 10 avril 2018 le respect notamment des 2€ de l’heure au-dessus des minima conventionnels.

Des avancées importantes ont été également obtenues dans d’autres hôtels, comme au W Paris Opéra, au Hyatt Madeleine, au Hyatt Regency Paris Etoile.

Aujourd’hui, dans ce contexte de mouvement contre les nouvelles attaques du gouvernement, les salarié-e-s des hôtels et des services doivent se mobiliser aux côtés de ceux du public en remettant à l’ordre du jour la lutte contre les ordonnances Macron !

Il est l’heure d’imposer nos revendications à l’échelle de toute la branche professionnelle, contre le patronat de l’hôtellerie  ainsi que contre les marchands de main d’œuvre du nettoyage et leur politique négrière !

Non, une loi ratifiée n’est pas définitive et éternelle ! Elle peut être retirée si on se mobilise et on se bat ! Souvenons-nous du CPE !

Le gouvernement ne veut pas faire marche arrière ? Opposons-lui le bras de fer !

Nous appelons l’ensemble des travailleurs-ses à se réunir en assemblée générale sur l’heure d’information syndicale pour discuter de la situation dans leur établissement, décider de leurs revendications et rejoindre le mouvement des luttes pour créer un mouvement d’ampleur !

La convergence des luttes n’est pas une formule creuse, et ne se résume pas à une addition de grèves et de mouvements les uns à côté des autres ! Il faut la construire dans l’action et sur le terrain !

Le 19 avril disons stop à cette politique, toutes et tous ensemble !

Notre syndicat vous invite à rejoindre la forte mobilisation unitaire en cours pour construire un rapport de force favorable au monde du travail afin de mettre un terme à ces politiques de destruction sociale.

Pour être plus forts, il faut être plus nombreux !

Discutons des possibilités d’actions dans nos hôtels et joignons-nous tous à la manifestation ce 19 avril de Montparnasse à Place d’Italie à 14h (rdv derrière la CGT Paris)

Lire et diffuser de La CGT HPE pour l'action du 19 avril 02 action interpro 19 avril

Lire et diffuser le tract de l'UD CGT Paris pour le 19 avril 19 avril tract ud75

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Primary Sidebar

Secondary Sidebar