Les femmes de chambre grévistes de l’Ibis des batignolles s’invitent chez SCHiappa ce jeudi à 12h !


dav

Mme la Secrétaire d’État, elles sont là les femmes de chambre que vous refusez de regarder!
Depuis le 17 juillet 2019, les femmes de chambre de l’hôtel IBIS des Batignolles, sous-traitées à la société STN, sont en grève pour réclamer la fin de la sous-traitance et leur embauche directe par le groupe ACCOR. Elles se battent pour des conditions de travail décentes, contre la précarité et l’esclavage moderne !
La politique menée par la direction de cet hôtel envers ses employées combine exploitation capitaliste et violences sexistes et racistes : à l’occasion de cette grève, il a été mis en lumière qu’une femme de chambre avait été violée par l’ancien directeur de l’hôtel, il y a plus de 2 ans. Ce dernier a été licencié mais aucun soutien à la salariée n’a eu lieu, bien au contraire : la Direction de l’Ibis et de STN ont tout fait pour enterrer ce crime !

Le mépris des femmes, allant jusqu’au viol, notamment des femmes pauvres, des femmes noires , révèle sans surprise les tristes et scandaleux rouages du système d’exploitation et d’oppression à l’œuvre de la manière la plus crue chez IBIS et son sous-traitant et plus largement dans l’industrie de l’hôtellerie.
En effet, le secteur de l’hôtellerie et restauration arrive en tête des secteurs où les femmes sont le plus exposées au harcèlement sexuel, et concentre à lui seul le double des chiffres des personnes déclarant avoir subi un harcèlement, tous secteurs confondus ! (enquête européenne sur les conditions de travail (dite EWCS)) + rapport Daressur « les rapports sociaux au travail ».

Mme SCHIAPPA, vous avez déclaré en juin dernier vouloir « défendre les femmes de chambre » mais vous persistez à ne pas vouloir rencontrer les principales intéressées !
Vous avez déclaré également l’adoption possible de mesures contraignantes pour améliorer les conditions des femmes de chambres et des salarié-e-s du secteur : ça tombe bien ! Nous réclamons la fin de la sous-traitance à l’hôtel Ibis depuis le 17 juillet, car comme vous le savez, l’hébergement est le cœur de métier et sa sous-traitance n’a pour objectif que de précariser ces petites mains invisibles, et les soumettre au dumping social pour réaliser toujours plus de profits et d’économies!
Mme SCHIAPPA, il est temps d’en finir avec les mots creux et les déclarations vides dont votre gouvernement semble être coutumier ! Place à l’action !
C’est pour cela que nous venons vous interpeller ce jeudi 12 septembre 2019 à 12h à votre cabinet, sur ce que vous souhaitez faire concrètement pour soutenir les braves grévistes d’Ibis dans leur lutte.

Nous appelons donc à un grand rassemblement ce
Jeudi 12 septembre à 12h à la sortie du métro INVALIDES, rue de Constantine, angle rue de l’Université (métro 8, 13) 75700 PARIS
pour faire entendre les revendications des grévistes de l’Ibis Batignolles jusqu’au sommet de l’État !


Revendications des salariés STN travaillant a l’hôtel IBIS Batignolles :

  • Embauche des salariés de la sous-traitance STN GROUPE par L’hôtel IBIS BATIGNOLLES avec reprise de leur ancienneté.
  • Passage à temps complets des temps partiels et des CDD en CDI.
  • Arrêt des mutations des salariées partiellement inaptes et des mutations non justifiées de manière générale.
  • Arrêt du harcèlement par Anne Marie gouvernante IBIS Batignolles.
  • Versement d’une indemnité nourriture égale à 7,24 € par jour travaillé (2 Minimum Garanti) et d’une prime de lit supplémentaire de 2€ par lit.
  • Installation d’une pointeuse électronique infalsifiable avec remise d’un relevé horaire hebdomadaire à chaque salarié.
  • Prime de nettoyage et repassage des vêtements de travail égale à 22 € par mois (1€ par jour travaillé) et fourniture de 2 tenues de travail par an en coton.
  • Classement en catégorie B de l’ensemble des salariés de STN : Femmes de chambre, équipiers : AQS1B, AQS2B après 2ans, AQS3B après 5 ans Gouvernantes : CE1, CE2 après 2 ans, CE3 après 5ans
  • Suppression de l’abattement illégal de8%.
  • Suppression de la clause de mobilité.
  • Prime d’habillage-déshabillage 250 € par an.
  • Remboursement des transports à100%.
  • Diminution cadence indicative du nombre de chambres à 2 chambres 1/ à l’heure avec une répartition équitable des départs et des recouches et 70 chambres à contrôler par jour pour les gouvernantes.
  • Élection de deux délégués de proximité de la société STN GROUPE au sein de l’hôtel IBIS BATIGNOLLES.
  • Paiement des salaires le 1er du mois.
  • Paiement des jours de grève

Venez nombreux et soyez solidaires !
https://www.lepotcommun.fr/pot/0oz7r5n8



Cérémonie de remise des chéques de solidarité aux grévistes de l’IBIS Batignolles ce samedi 7 septembre à 12h !

Ce samedi 7 septembre à 12h notre syndicat organise un nouveau rassemblement de soutien et de solidarité avec les grévistes admirables de l’IBIS BATIGNOLLES.

Les grévistes en ont marre d’être surexploité-e-s par ce système de la sous-traitance synonyme de maltraitance.

Elles et ils demandent avant tout à être embauché-e-es directement par l’hôtel IBIS Batignolles pour en finir avec la société mafieuse STN qui n’hésite pas à faire appel à ses délégués véreux de la CGT propreté pour tenter de casser les grèves.

Cette grève est une bataille pour la dignité humaine, contre un système d’exploitation capitaliste, raciste et sexiste mis en place par le groupe ACCOR à l’hôtel Ibis, qui transforme les corps des salarié-e-s en machines de travail, humiliées et méprisé-e-s au point où l’ancien Directeur de l’hôtel a violé en femme de chambre dans l’hôtel se croyant ainsi tout permis !

ACCOR et STN ont des draps blancs mais les mains sales !

Les hôtels IBIS, qui appartiennent au groupe ACCOR, sont des établissements qui font énormément de profits notamment sur le dos des salariés de lasous-traitance.

Dans cet IBIS règne l’inégalité de traitement pour les salarié-e-s de la sous-traitance qui ne bénéficient pas du même statut social que les salarié-e-s embauché-e-s directement par IBIS Batignolles (indemnité nourriture, intéressement, participation, salaires moins élevés, primes diverses etc…). Cette situation de dumping social est inacceptable!

Plus grave encore, la société STN pratique, avec la complicité de l’hôtelier, le travail dissimulé, avec des cadences quasiment impossibles à respecter, particulièrement pour les femmes de chambres qui doivent effectuer 3 chambres et demie par heure sans paiement des dépassements horaires.

C’est pourquoi une grande campagne médiatique avec des personnalités du monde du spectacle, de la politique, de la culture et universitaire de boycott des hôtels ACCOR, tels que les PULLMAN, SOFITEL, MERCURE, NOVOTEL, IBIS etc…..pour dénoncer le silence assourdissant de ce groupe sur les affaires de harcèlement, de viol dans ses hôtels et sa complicité avec les négriers du nettoyage hôtelier.

Pour toutes ces raisons les salarié-e-s de la sous-traitance de l’IBIS BATIGNOLLES en grève illimitée depuis le Mercredi 17 juillet à 9h vous appellent à les soutenir et à participer à un rassemblement le samedi 7 septembre á 12h devant l’IBIS Batignolles,10 rue Bernard Buffet 75017 PARIS,métro Porte de Clichy.

Revendications des salariés STN travaillant a l’hotel IBIS Batignolles

  • Embauche des salariés de la sous-traitance STN GROUPE par L’hôtel IBIS BATIGNOLLES avec reprise de leurancienneté.
  • Passage à temps complets des temps partiels et des CDD enCDI.
  • Arrêt des mutations des salariées partiellement inaptes et des mutations non justifiées de manièregénérale.
  • Arrêt du harcèlement par Anne Marie gouvernante IBISBatignolles.
  • Versement d’une indemnité nourriture égale à 7,24 € par jour travaillé (2 Minimum Garanti) et d’une prime de lit supplémentaire de 2€ parlit.
  • Installation d’une pointeuse électronique infalsifiable avec remise d’un relevé horaire hebdomadaire à chaquesalarié.
  • Prime de nettoyage et repassage des vêtements de travail égale à 22 € par mois (1€ par jour travaillé) et fourniture de 2 tenues de travail par an encoton.
  • Classement en catégorie B de l’ensemble des salariés de STN : Femmes de chambre, équipiers : AQS1B, AQS2B après 2ans,AQS3B après 5 ans Gouvernantes : CE1, CE2 après 2 ans, CE3 après 5ans
  • Suppression de l’abattement illégal de8%.
  • Suppression de la clause demobilité.
  • Prime d’habillage-déshabillage 250 € paran.
  • Remboursement des transports à100%.
  • Diminution cadence indicative du nombre de chambres à 2 chambres 1/ àl’heure avec une répartition équitable des départs et des recouches et 70 chambres à contrôler par jour pour les gouvernantes.
  • Election de deux délégués de proximité de la société STN GROUPE au sein de l’hôtel IBISBATIGNOLLES.
  • Paiement des salaires le 1er
  • Paiement des jours de grève

Venez nombreux et soyez solidaires !

https://www.lepotcommun.fr/pot/0oz7r5n8

LES GRÉVISTES De l’hôtel IBIS BATIGNOLLES sont TOUJOURS DEBOUT!


RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ CE VENDREDI 30 AOÛT à 12H !

Ce mardi 30 août à 12h notre syndicat organise un nouveau rassemblement de soutien et de solidarité avec les grévistes.

N’en déplaise au groupe ACCOR et à la société STN les valeurs de solidarité restent toujours présentes dans le monde du travail.

Les grévistes sont prêt-e-s à tenir plusieurs mois pour obtenir satisfaction sur leurs légitimes revendications tant elles et ils en ont marre d’être surexploité-e-s par ce système de la sous- traitance.

Elles et ils demandent avant tout à être embauché-e-es directement par l’hôtel IBIS BATIGNOLLES pour en finir avec la société mafieuse STN qui n’hésite pas à faire appel à ses délégués véreux de la CGT propreté pour tenter de casser les grèves.

Cette grève  est une bataille pour la dignité humaine, contre un système d’exploitation capitaliste, raciste et sexiste mis en place par le groupe ACCOR à l’hôtel Ibis, qui transforme les corps des salarié-e-s en machine de travail, humiliées et méprisé-e-s au point où l’ancien Directeur de l’hôtel a violé en femme de chambre dans l’hôtel se croyant ainsi tout permis ! 

ACCOR et STN ont des draps blancs mais les mains sales !

Les hôtels IBIS, qui appartiennent au groupe ACCOR, sont des établissements qui font énormément de profits notamment sur le dos des salariés de la sous-traitance.

Dans cet IBIS règne l’inégalité de traitement pour les salarié-e-s de la sous-traitance qui ne bénéficient pas du même statut social que les salarié-e-s embauché-e-s directement par IBIS Batignolles (indemnité nourriture, intéressement, participation, salaires moins élevés, primes diverses etc…). Cette situation de dumping social est inacceptable!

Plus grave encore, la société STN pratique, avec la complicité de l’hôtelier, le travail dissimulé, avec des cadences quasiment impossibles à respecter, particulièrement pour les femmes de chambres qui doivent effectuer 3 chambres et demie par heure sans paiement des dépassements horaires.

C’est pourquoi, dès la rentrée, notre syndicat va lancer une grande campagne médiatique avec des personnalités du monde du spectacle, de la politique, de la culture et universitaire de boycott des hôtels ACCOR, tels que les PULLMAN, SOFITEL, MERCURE, NOVOTEL, IBIS etc…..pour dénoncer le silence assourdissant de ce groupe sur les affaires de harcèlement, de viol dans ses hôtels et sa complicité avec les négriers du nettoyage hôtelier.

Pour toutes ces raisons les salarié-e-s de la sous-traitance de l’IBIS BATIGNOLLES en grève illimitée depuis le Mercredi 17 juillet à 9h vous appellent à les soutenir et à participer à un rassemblement le :

VENDREDI 30 AOUT Á 12H DEVANT L’IBIS BATIGNOLLES,(10 rue Bernard Buffet 75017 PARIS,métro Porte de Clichy)

REVENDICATIONS DES SALARIÉS DE LA SOCIÉTÉ STN TRAVAILLANT A L’HÔTEL IBIS BATIGNOLLES

  • Embauche des salariés de la sous-traitance STN GROUPE par L’hôtel IBIS BATIGNOLLES avec reprise de leur ancienneté.
  • Passage à temps complets des temps partiels et des CDD en CDI.
  • Arrêt des mutations des salariées partiellement inaptes et des mutations non justifiées de manière générale.
  • Arrêt du harcèlement par Anne Marie gouvernante IBIS Batignolles.
  •   Versement d’une indemnité nourriture égale à 7,24 € par jour travaillé (2 Minimum Garanti) et d’une prime de lit supplémentaire de 2€ par lit.
  • Installation d’une pointeuse électronique infalsifiable avec remise d’un relevé horaire hebdomadaire à chaque salarié.
  • Prime de nettoyage et repassage des vêtements de travail égale à 22 € par mois (1€ par jour travaillé) et fourniture de 2 tenues de travail par an en coton.
  • Classement en catégorie B de l’ensemble des salariés de STN GROUPE: Femmes de chambre, équipiers : AQS1B, AQS2B après 2ans,AQS3B après 5 ans Gouvernantes : CE1, CE2 après 2 ans, CE3 après 5ans
  • Suppression de l’abattement illégal de 8%.
  • Suppression de la clause de mobilité.
  • Prime d’habillage-déshabillage 250 € par an.
  • Remboursement des transports à100%.
  • Diminution cadence indicative du nombre de chambres à 2 chambres 1/ à l’heure.
  • Élection de deux délégués de proximité de la société STN GROUPE au sein de l’hôtel IBIS BATIGNOLLES.
  • Paiement des salaires le 1er du mois.
  • Paiement des jours de grève

VENEZ NOMBREUX et SOYEZ SOLIDAIRES !

https://www.lepotcommun.fr/pot/0oz7r5n8

DU HARCÉLEMENT AU VIOL, LE GROUPE ACCOR COUVRE TOUT !

ACCOR et STN TEFID COMPLICES DE LA MALTRAITANCE  !

A l’occasion de la grève actuellement en cours au IBIS BATIGNOLLES situé Porte de Clichy notre syndicat a apprisqu’en mars 2017 une femme de chambre de la société TFN TEFID a été violée par l’ancien directeur de cet hôtel !

Il faut dire que quand on considère les femmes de chambre et les salariées de la sous-traitance comme des sous salariées taillables et corvéables à merci il ne faut pas s’étonner de tels crimes !

Le Directeur d’un hôtel se prend dans ces conditions pour le maître des lieux pouvant disposer à sa guise d’une main d’œuvre précarisée soumise à son bon vouloir et à sa disposition.

Le groupe ACCOR et la société STN TEFID portent de lourdes responsabilités sur ce crime de viol qu’ils ont voulu enterrer à tout prix !

ACCOR et STN TEFID HORS LA LOI !

Les hôtels IBIS, qui appartiennent au groupe ACCOR, sont des établissements qui font énormément de profits notamment sur le dos des salariés de la sous-traitance.

Le groupe ACCOR est un géant de l’industrie hôtelière du luxe en Europe et dans le monde !

Le chiffre d’affaires consolidé du groupe en 2018 s’établit à 3 610 millions d’euros, en progression de 8,8% à périmètre et taux de change constant (PCC), et de 16,9% en données publiées par rapport à 2017.

De l’autre côté de la barricade, la situation n’est pas la même : les salarié-e-s du service d’hébergement (Femmes de chambre, équipier-e-s, et gouvernantes) sont sous-traité-e-s à la société STN TEFID, leader français dans le secteur de la propreté hôtelière !

Dans cet hôtel règne l’inégalité de traitement pour les salarié-e-s de la sous-traitance qui ne bénéficient pas du même statut social que les salarié-e-s embauché-e-s directement parIBIS Batignolles (indemnité nourriture, intéressement, participation, salaires moins élevés, primes diverses etc…).Cette situation de dumping social est inacceptable !

Plus grave encore, la société STN TEFID pratique, avec la complicité de l’hôtelier, le travail dissimulé, avec des cadences quasiment impossibles à respecter, particulièrement pour les femmes de chambres qui doivent effectuer 3 chambres et demie par heure sans paiement des dépassements horaires.

AU PULLMAN TOUR EIFFEL C’EST LE HARCÉLEMENT QUI RÉGNE !

Mr TABARY ET SON EMPLOYEUR SONT UN DANGER POUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DES TRAVAILLEURS DE STN TEFID !

Par jugement rendu le 19 avril 2019 ci-joint, le juge départiteur a condamné sévèrement les pratiques de  l’inspecteur de site de la société STN TEFID au sein du PULLMAN TOUR

EIFFEL, Mr TABARY Jocelyn, et a acté l’exclusion fin 2016 de la CGT de la CGT propreté.

 » Les avertissements sont la conséquence de constats de Mr TABARY. Or il est établi que celui ci était militant de la CGT Propreté. Ce syndicat a été exclu de la CGT par 87% des suffrages au congrès du 10 novembre 2016 pour sa conduite contraire aux valeurs du syndicat………..les avertissements doivent être annulés »

Page 8 1er paragraphe du jugement

 » Pris dans leur ensemble, ces éléments révèlent les abus de pouvoir de Mr TABARY, et sont suffisants pour imputer à celui ci un comportement pénalement responsable. ……………………… »

Page 5 2ème paragraphe du jugement

Le précédent Directeur du PULLMAN, Mr ANGOUJARD, avait cru devoir couvrir ces pratiques scandaleuses de Mr TABARY soutenu bien entendu par la direction  STN-TEFID.

Mr ARNOULT le nouveau directeur, doit les faire cesser sauf à engager sa responsabilité pénale compte tenu de ses responsabilités en hygiène sécurité sur l’ensemble des travailleurs, sous-traitance ou pas, travaillant au sein de l’hôtel.

Nous demandons en conséquence le départ immédiat de Mr TABARY de votre hôtel compte tenu des risques importants qu’il fait porter sur la santé et la sécurité des salariés de STN TEFID.

Pour toutes ces raisons et bien d’autres, parce qu’ils n’acceptent pas ce modèle  économique qui broie les femmes et les hommes, les salarié-e-s de la sous-traitance de l’IBIS BATIGNOLLES en grève illimitée depuis le Mercredi 17 juillet à 9h vous appellent à les soutenir et à participer à un rassemblement le :

JEUDI 1er AOÛT  Á  12H

 

devant l’IBIS Batignolles, 10 rue Bernard Buffet 75017 PARIS

 

VENEZ NOMBREUX et SOYEZ SOLIDAIRES !

 

https://www.lepotcommun.fr/pot/0oz7r5n8

TRACT IBIS BATIGNOLLES

 

 

 

 

 

Soutenez les grévistes de l’hôtel IBIS des Batignolles

Soutenez les grévistes de l’hôtel IBIS Batignolles du groupe AccorHotels Arena, en grève contre la sous-traitance et pour leur internalisation
depuis le 17 juillet!
Ce combat est aussi pour la dignité et contre l’esclavage moderne

Cette grève s’annonce longue et dure, et on a besoin de la solidarité de chacune et chacun pour gagner comme dans tous les hôtels où on a grévé et on a gagné!

Donnez à la caisse de grève et venez nous soutenir sur place au 10 rue Bernard BUFFET, 75017, métro porte de Clichy

Pour rappel un rassemblement aura lieu mardi 23 juillet à 12h devant l’hôtel Ibis des Batignolles

Le groupe ACCOR: DU VOL DES SALARIÉ-E-S AU VIOL D’UNE FEMME DE CHAMBRE

SOUS TRAITANCE MALTRAITANCE ! ACCOR et STN TEFID COMPLICES DE LA MALTRAITANCE !

Rassemblement de soutien aux grévistes mardi 23 juillet à 12h devant leur hôtel !

A l’occasion de la grève actuellement en cours au IBIS BATIGNOLLES situé Porte de Clichy notre syndicat vient d’apprendre qu’il y a environ un an une femme de chambre de la société STN- TEFID a été violée par l’ancien directeur de cet hôtel !
Il faut dire que quand on considère les femmes de chambre et les salariées de la sous-traitance comme des sous salariées taillables et corvéables à merci il ne faut pas s’étonner de tels crimes !
Le Directeur d’un hôtel se prend dans ces conditions pour le maître des lieux pouvant disposer à sa guise d’une main d’œuvre précarisée soumise à son bon vouloir et à sa disposition.
Le groupe ACCOR et la société STN TEFID portent de lourdes responsabilités sur ce crime de viol qu’ils ont voulu enterrer à tout prix !
ACCOR et STN TEFID HORS LA LOI !
Les hôtels IBIS, qui appartiennent au groupe ACCOR, sont des établissements qui font énormément de profits notamment sur le dos des salariés de la sous-traitance.
Le groupe ACCOR est un géant de l’industrie hôtelière du luxe en Europe et dans le monde !
Le chiffre d’affaires consolidé du groupe en 2018 s’établit à 3 610 millions d’euros, en progression de 8,8% à périmètre et taux de change constant (PCC), et de 16,9% en données publiées par rapport à 2017.
De l’autre côté de la barricade, la situation n’est pas la même : les salarié-e-s du service d’hébergement (Femmes de chambre, équipier-e-s, et gouvernantes) sont sous-traité-e-s à la société STN TEFID, leader français dans le secteur de la propreté hôtelière !
Dans cet hôtel règne l’inégalité de traitement pour les salarié-e-s de la sous-traitance qui ne bénéficient pas du même statut social que les salarié-e-s embauché-e-s directement par IBIS Batignolles (indemnité nourriture, intéressement, participation, salaires moins élevés, primes diverses etc…).
Cette situation de dumping social est inacceptable !
Plus grave encore, la société STN TEFID pratique, avec la complicité de l’hôtelier, le travail dissimulé, avec des cadences quasiment impossibles à respecter, particulièrement pour les femmes de chambres qui doivent effectuer 3 chambres et demie par heure sans paiement des dépassements horaires.
Pour toutes ces raisons et bien d’autres, parce qu’ils n’acceptent pas ce modèle économique qui broie les femmes et les hommes, les salarié-e-s de la sous-traitance de l’IBIS BATIGNOLLES en grève illimitée depuis le Mercredi 17 juillet à 9h vous appellent à les soutenir et à venir au rassemblement  devant l’IBIS Batignolles, 10 rue Bernard Buffet 75017 PARIS, mardi 23 juillet à partir de 12h

VENEZ NOMBREUX -SES!

REVENDICATIONS DES SALARIÉS de la société STN GROUPE TRAVAILLANT à L’hôtel
IBIS BATIGNOLLES :

1 Embauche des salariés de la sous-traitance STN GROUPE par L’hôtel IBIS BATIGNOLLES avec reprise de leur ancienneté.
2 Passage à temps complets des temps partiel et des CDD en CDI
3 Arrêt des mutations des salariées partiellement inaptes et des mutations non justifiées de manière générale.
4 Arrêt du harcèlement par Anne Marie gouvernante IBIS Batignolles
5 Versement d’une indemnité nourriture égale à 7,24 € par jour travaillé (2 Minimum Garanti) et d’une prime de lit supplémentaire de 2€ par lit
6 Installation d’une pointeuse électronique infalsifiable avec remise d’un relevé horaire hebdomadaire à chaque salarié.
7 Prime de nettoyage et repassage des vêtements de travail égale à 22 € par mois (1€ par jour travaillé) et fourniture de 2 tenues de travail par an en coton.
8 Classement en catégorie B de l’ensemble des salariés de STN GROUPE :Femmes de chambre, équipiers : AQS1B, AQS2B après 2 ans, AQS3B après 5 ans, Gouvernantes : CE1, CE2 après 2 ans, CE3 après 5 ans
9 Suppression de l’abattement illégal de 8%.
10 Suppression de la clause de mobilité.
11 Prime d’habillage-déshabillage 250 € par an.
12 Remboursement des transports à 100%.
13 Diminution cadence indicative du nombre de chambres à 2 chambres 1/ à l’heure.
14 Election de deux délégués de proximité de la société STN GROUPE au sein de l’hôtel IBIS BATIGNOLLES
15 Paiement des jours de grève

TRACT IBIS BATIGNOLLES STN TEFID

 

Les femmes de chambre et les femmes de ménage s’invitent chez Mme SCHIAPPA mercredi 3 juillet à 12h!

 

POUR AMELIORER LA CONDITION DES FEMMES DE CHAMBRE,
UNE SEULE SOLUTION, LA FIN DE LA SOUS TRAITANCE!

On ne le dira jamais suffisamment : l’hébergement est le cœur de métier dans
l’hôtellerie, et la sous-traitance est synonyme de dumping social !
Un hôtel a pour principale activité l’entretien des chambres afin de les mettre à la
location des clients, pourquoi donc externaliser ce service alors qu’il constitue
l’activité principale ?
La sous-traitance du service d’hébergement a pour objectif de diviser les
travailleurs-ses sur le même site, de créer une multitude de statuts et de tirer les
salaires vers le bas !
De plus, les salarié-e-s travaillants dans le nettoyage sont souvent des salarié-e-s
immigré-e-s ou issues de l’immigration, avec souvent des titres de séjour d’une
année, souvent des femmes, parfois seules avec des enfants en bas âges. Les
sociétés de propreté connaissant la précarité multidimensionnelles de ces
personnes, elles les exploitent sans merci !
Salarié-e-s ! Un autre horizon est possible ! Internalisation et fin de la
sous-traitance !
Notre syndicat s’étonne qu’outre notre syndicat notre fédération CGT du commerce
qui syndique les métiers de ‘hôtellerie n’ait pas été appelée pour cette négociation
ce qui démontre d’entrée de jeu le parti pris de Mme SCHIAPPA qui veut laisser le
gâteau de l’hébergement aux négriers de la sous-traitance.
ON NE LAISSERA PAS FAIRE ET ON A NOTRE MOT Á DIRE !

TOUS DEVANT LE SECRÉTARIAT de Mme SCHIAPPA
MERCREDI 3 JUILLET 2019 à 12H !

Tract rassemblement SCHIAPPA

Fête de victoire des grévistes des hôtels du Pont de Suresnes

Fête de victoire des grévistes des hôtels du Pont de Suresnes

Après les très victorieuses grèves de 2012 et 2013 qui ont donné lieu à l’internalisation des femmes de chambre et gouvernantes (la première en France, voir le film On a grévé), les salarié-e-s des hôtels Campanile et Première Classe du Pont de Suresnes en grève depuis le 21 mai 2019 ont à nouveau fait craqué le Groupe LOUVRE HÔTELS!

Elles et ils ont obtenu des augmentations de qualifications, de salaires et de mensualisations, ainsi que l’amélioration de leurs conditions de travail!

Les femmes de chambre et une aide hôtelière passent à 34h75 par semaine au lieu de 30 h et changent de qualification. Gain d’environ 250 € par mois !

Les lingères et 2 femmes de chambre promues 1ères femmes de chambre passent à 169h par mois (durée légale du travail dans les HCR et changent de qualification : gain d’environ 500 € par mois

Tous les salariés déjà à temps plein voient leur qualification rehaussée et gagnent ainsi de 50 à 150 € par mois !

Une femme de chambre en CDD aura un CDI au 1/7/2019 et la seconde avant le 1/3/2020.

Une femme de chambre inapte à son poste se verra proposer une formation de gouvernante.

Les chiffres de ce Groupe Hôtelier parlent d’eux même et de sa capacité de satisfaire les demandes des grévistes étaient incontestables ! :

4ème groupe hôtelier mondial (avec une présence dans 67 pays et 700 000 chambres en tout, avec 132 664 100 € de chiffre d’affaires en 2017) le conglomérat chinois JIN JIANG, propriétaire de la marque LOUVRE HÔTELS GROUP ambitionne de devenir numéro 1 d’ici 2023 avec + de 900 hôtels d’ici 2020.

Il compte arriver à 1 million de chambres dans 100 pays en 2023, dont 2/3 d’acquisitions.

Pas mal pour un Groupe qui dit ne pas avoir beaucoup de moyens pour satisfaire ses salarié-e-s !

Comme en 2012, conscient-e-s de leurs intérêts de classe et surtout de la nécessité de la lutte pour avoir des nouveaux droits, les grévistes du Campanile et Première Classe du Pont de Suresnes n’ont rien lâché jusqu’à la victoire.

Leurs piquets de grève devant leurs hôtels ont toujours été bien animés, avec des tam-tams, de la bonne musique et surtout de la bonne humeur et de la détermination !

Seul bémol nous n’avons pas pu obtenir le paiement des jours de grève mais seulement des possibilités de récupération partielles :

Soyez solidaires soutenez les financièrement !

Organisez une collecte ou versez

https://www.lepotcommun.fr/pot/cbed8zn9

Et parce que les victoires ça se fête, les grévistes vous invitent le 27 juin à partir de 17h30 à un repas de solidarité entre tous les secteurs en lutte

devant leurs hôtels du Campanile Première Classe Pont de Suresnes, 19 Bd Henri SELLIER 92150 SURESNES

tract CGT Victoire suresnes

La CGT-HPE 1ère organisation syndicale au Concorde Montparnasse

La CGT-HPE 1ère organisation syndicale au Concorde Montparnasse

Merci à toutes et tous !

Avec 22 voix sur 52 valablement exprimées la CGT-HPE obtient 42,3 % de représentativité et 3 élus sur 7.
 
Les 3 syndicats FO SUD et CFDT se partagent 30 voix et obtiennent chacune 19,2% de représentativité.
 Manifestement la victoire « provisoire » de la bande des 3 est amère !
 Provisoire car la CGT-HPE va saisir à nouveau le Tribunal d’instance pour demander annulation de cette parodie d’élections ou plus d’un tiers des salariés travaillant dans cet hôtel est interdit de vote !
 
Vous aurez reconnu les travailleuses et travailleurs de STN TEFID.

Avec FO allié à SUD et à la CFDT  c’est BLA BLABLA, avec la CGT-HPE on agit et on obtient des résultats !


 ATTENTION TRAVAUX DANGER !


Au printemps 2020 l’hôtel risque de fermer pour d’importants travaux après la réouverture du PULLMAN Montparnasse.
 Nous avons malheureusement une triste expérience avec les syndicats FO et SUD en face qui ont vendu le personnel pour l’intérêt de leurs délégués syndicaux et ont même signé un accord au rabais pour la réouverture qui revient sur tous les acquis obtenus par la CGT depuis 35 ans.


 Bien évidemment à l’occasion de cette fermeture, la direction qui fait actuellement les yeux doux aux salariées de la sous-traitance mais refuse de les laisser voter aux élections, laissera STN-TEFID les mettre dehors sans ménagement à coup de mutations impossibles à accepter.
 Et pour les salariés en interne ça risque de ne pas être mieux !

NOTRE PROGRAMME EST CLAIR:

  1.  Augmentation de tous les salaires de 300 € brut par mois.
  2. Aucun licenciement à l’occasion des travaux : maintien de l’emploi et des salaires avec des mutations à l’intérieur du groupe FERRÉ le temps des travaux, des formations et du chômage partiel indemnisé à 100%. Et pour ceux qui souhaiteraient quitter l’entreprise une indemnité de départ volontaire qui ne saurait être inférieure à 2 mois de salaire par année d’ancienneté.  Nous l’avons obtenu au CRILLON, nous l’obtiendrons avec vous au Concorde Montparnasse !
  3. Passage effectif aux 35 heures avec 37h travaillées par semaine et 11 jours de RTT par an comme dans la majorité des hôtels de cette catégorie.
  4.  Majoration des dimanches travaillés à 100%
  5.  Modernisation du fonctionnement des activités sociales du CE avec des commandes numérisés et non soumises au bon vouloir de certains  

Pour cela vous pourrez compter sur vos élus CGT-HPE !

tract Concorde Montparnasse

 

 

Action des grévistes du Pont de Suresnes dans les hôtels à Genève

Action des grévistes du Pont de Suresnes dans les hôtels à Genève

Le 15 juin 2019, une nouvelle journée d’action en soutien aux grévistes de l’hôtellerie a eu lieu, après la grève féministe historique qui a mobilisé des centaines de milliers de femmes partout en Suisse .Un rassemblement de soutien aux grévistes de Campanul et Derniere Classe Suresnes pour une action commune des syndicats SIT hôtellerie – restauration, CGT HPE et CNT-Solidarité Ouvrière a donc été organisé.

Deux rassemblements à la frontière entre la France et la Suisse contre l’exploitation : devant le Campanile Ferney-Voltaire, en soutien à la grève à Suresnes, et devant l'hôtel NH Geneva Airport, en soutien à la grève du NH Collection Marseille.

On est fières d’avoir accompagné-e-s les femmes de chambres des hôtels Campanile et Première Classe à Suresnes, en grève depuis le 19 mai. C’était deux jours de mobilisation internationale inoubliables, en solidarité avec les femmes du monde entier. Force et courage aux grévistes du NH Marseille, avec CNT-Solidarité Ouvrière 13, qui subissent la répression policière et qui ne lâchent rien face à leurs exploiteurs depuis le 11 avril.

Merci à SIT Syndicat interprofessionnel de travailleuses et travailleurs pour leur bel accueil et leur travail syndical, notamment avec les femmes précaires, sans-papiers, travailleuses domestiques isolées. Frotter frotter il faut payer